Les politiques de protection de la biodiversité et l’Ecological Redlining en Chine : quelles implications pour la COP15 ?

par Juliette Landry, Aleksandar Rankovic, Lucien Chabosini, de l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), le 31 janvier 2021

Ces trente dernières années, la Chine a permis à une grande partie de sa population de sortir de la pauvreté grâce au développement économique, mais au prix de lourdes répercussions sur les écosystèmes, en Chine et ailleurs. Depuis les années 1980, le gouvernement a adopté des poli-tiques de conservation de la nature, avec l’établissement de Nature Reserves, des aires protégées ou des parcs nationaux. C’est néanmoins dans les années 2000, qu’une prise de conscience plus prononcée s’opère, centrée d’abord sur les enjeux de pollution, puis, dans les années 2010, sur la promotion d’une approche intégrée de la gestion des écosystèmes. L’Ecological Protection Red Line ‒ concept mis en œuvre depuis 2011 ‒ entend répondre aux conflits entre développement agricole, urbain et industriel, et protection des écosystèmes et de la biodiversité.

La langue-pensée bio-organique de la Chine

par Elisabeth Martens, le 24 juillet 2020

« Écologie » se dit « sheng tai, 生态 » en chinois, ce qui se traduit littéralement par « attitude vis-à-vis du vivant », un mot qui s'est récemment introduit dans le vocabulaire courant et qui rappelle aux populations chinoises leur tradition agraire, leurs techniques millénaires respectueuses de l’environnement naturel et social, leur lien ancestral à la nature et le caractère organique de leur pensée.

Chine, le Livre Blanc sur la biodiversité

par Élisabeth Martens, le 22 octobre 2021

La Chine publie un « Livre blanc » sur la biodiversité intitulé « Conservation de la biodiversité en Chine ». Le « pays du milieu » s'est-il attaqué à la perte de sa biodiversité et à la dégradation de ses écosystèmes? Oui, dit le Livre blanc en ajoutant que cette lutte se déroule dans le cadre d'une philosophie défendue par le président Xi Jinping en personne, celle de « l'harmonie entre la nature et l'humanité ».

"La protection de l'environnement en Chine", un texte de 1980

par Elisabeth Martens, le 25 mai 2020

Pourquoi publier un texte de 1980 en 2020 ? Tout d'abord pour montrer que les préoccupations écologiques ne sont pas neuves en Chine, ensuite pour montrer que la Chine d'il y a 40 ans pensait avoir beaucoup à apprendre de nos pays "développés", et enfin pour montrer que la plupart des défis écologiques décrits par la Chine en 1980 ont été relevés.

Même si la croissance économique des "trente glorieuses chinoises" a freiné ces premiers élans écologiques, les défis climatiques actuels sont tels que la Chine s'est vue obligée de revenir à ses objectifs premiers de "progresser simultanément sur les fronts écologique et économique".

COP15, présidence chinoise : la biodiversité, ce concept anticapitaliste

par Guillaume Suing, pour Le Grand Soir, le 15 octobre 2021

Octobre 2021, la Chine accueille et préside le quinzième sommet mondial de la COP pour la biodiversité. Moins connue que la COP pour le climat, cette convention ne doit pas être marginalisée ; elle est dans l’opinion de nombreux « défenseurs de l’environnement » cruciale. Pourtant, en raison de l’accent mis par l’occident capitaliste sur les seules questions climatiques et par un réductionnisme pour lui fort opportun, c’est la COP pour le climat qui monopolise le débat chez nous, comme appui possible pour tenter de soustraire les bourgeoisies à l’impératif de réelles politiques nationales pour enrayer la crise environnementale actuelle (dont le réchauffement climatique est un aspect en effet important).

Pensée chinoise, pensée écologique

par Élisabeth Martens, le 12 mai 2020

Pourquoi la vie, pourquoi la mort, pourquoi l’être humain, pourquoi la conscience, pourquoi la souffrance, pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Autant de questions existentielles que se pose tout être humain, mais que la Chine, contrairement à l’Occident, a vite laissé au portemanteau des énigmes insolubles. En Chine, la question du "comment des choses" a rapidement supplanté celle du "pourquoi des choses" ; elle y a trouvé un avantage pratique, la pensée du lien, que nous appelons communément la pensée de l'écosystème.

Biodiversité, une indispensable coopération avec la Chine

par Élisabeth Martens, biologiste spécialisée en médecine chinoise, rédactrice en chef de www.chine-ecologie.org, pour la revue « Dialogue Chine-France n°9 », le 18 août 2021

Début septembre 2020, les Nations unies ont publié une évaluation révélant qu'aucun des 20 objectifs mondiaux en matière de biodiversité fixés en 2010 n'avait été pleinement atteint. Pire, entre 1970 et 2016, 68% de la faune sauvage a disparu. Dans beaucoup de régions du monde, des espèces vivantes disparaissent à une cadence de 100 à 1000 fois supérieure à la normale. Peut-on inverser cette tendance ? Qu'attendent les pays-phares dans les énergies vertes, ceux de l'UE, les États-Unis, le Canada, la Chine, pour coopérer en vue de préserver nos milieux naturels ?