Chine ecologie 155

 

 Pour vous inscrire à la Newsletter, envoyer un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. avec comme titre Newsletter.

 

Vous recevrez notre lettre d'information reprenant les derniers articles parus.
La lettre d'information est envoyée en général une fois par mois.

La Chine, une civilisation écologique

Ce site est né d'un constat : si nous voulons limiter les dégâts occasionnés par les dérèglements climatiques, il est urgentissime d'agir. Or nos instances gouvernementales, que ce soit à un niveau national, européen, ou même international (comme avec les COP) sont enchaînées par les fers du libéralisme, un système qui se mord la queue puisqu'il est lui-même l'origine des désastres que subit notre planète. Plus aucune organisation politique ne saurait honnêtement garantir un redressement de la situation, sauf en se débarrassant radicalement et au plus vite de cet ordre cannibale dont même les chiens de garde ne savent plus en quelle langue aboyer. La violence du capitalisme s'est à ce point accrue ces dernières décennies que le changement climatique se profile à présent comme une solution plausible pour éliminer les plus pauvres de la planète : 60% de l'humanité sont directement visés par les catastrophes naturelles; et les pandémies qui vont aller en s'accélérant font partie du lot.

Est-ce cela l'avenir que nous voulons laisser à nos jeunes, à nos enfants, aux générations futures ? Ont-ils d'autres choix que d'imaginer un « retour aux valeurs refuge »... une « vie dans les bois »1, une agriculture coopérative, des économies locales, une conscientisation des « essentiels », des rites qui donnent sens, une ville sans publicité et à taille humaine, des habitats groupés et intergénérationnels, le recyclage des anciens matériaux et des anciens métiers, etc. Ces utopies ne sont pas neuves, elles prennent leur source dans la mouvance écologique des post-soixante-huitards ; aujourd'hui, elles sont indispensables, vitales même, car elles donnent du souffle à un renouveau désirable. Mais en aucun cas elles ne peuvent servir à masquer la révolte face à un système destructeur ; en aucun cas, elles ne peuvent mettre en veilleuse notre « devoir d'insurrection »2.

A l'heure où nos saintes démocraties sont sur le point de signer un « holocauste climatique »3, - ceci en invoquant les « Droits de l'homme », morbides sarcasmes – n'est-il pas temps de laisser notre européocentrisme au porte-manteau et d'aller chercher quelque inspiration chez nos voisins ? A l'avant-garde de la protection de l’environnement, on trouve les rescapés du « camp socialiste du Sud », principalement Cuba et la Chine, car « c’est bien le socialisme, c’est-à-dire la capacité d’investir massivement (et sans retour immédiat sur investissement), à l’échelle nationale et de façon coercitive dans des plans de protection des sols, des ressources énergétiques et de l’environnement naturel, qui s’avère le plus efficace et prometteur. »4 Sans forcément répondre à nos repères démocratiques et en évitant les pièges grossiers de la libre entreprise, ces pays qui ont grandi grâce au socialisme montrent des réalisations viables et durables du point de vue de la protection de l’environnement, ceci à grande échelle. Propices à redonner espoir à un Occident sur le point de sombrer dans une éco-dépression sociétale, Cuba et la Chine sont les précurseurs d’une véritable « révolution verte » dont nos militants écolo auraient beaucoup à apprendre.

La Chine, le « pays le plus pollué du monde », a répondu aux défis climatiques dès 2005, date à laquelle l'innovation verte a commencé à se répandre comme une traînée de poudre dans ce pays-continent. Le gouvernement de Pékin a imposé des technologies vertes à une échelle de plus en plus large, si bien que la Chine s'est mise à en fixer les standards pour le reste du monde. A présent, c'est nous qui importons ces nouvelles technologies de Pékin. En phase avec ce développement ultra-rapide, une conscience écologique a gagné l'ensemble des populations chinoises. Si, à cela, on ajoute une tradition qui mise sur le communautaire plutôt que sur l'individuel, la Chine est devenue un exemple de « civilisation écologique ».

Avec son système hybride qui ne rentre dans aucun de nos catalogues spéculatifs, la Chine peut se targuer d'essais très réussis d'une économie qui mêle le social et l'écologique, un éco-socialisme qui a engendré d'immenses fermes solaires, des champs d'éoliennes à perte de vue, des barrages d'une capacité électrique jamais égalée, des bâtiments publics à zéro consommation d'énergie, des milliers d'hectares reboisés autour des mines de charbon pour inverser le taux de CO2, 66 milliards d'arbres replantés pour freiner le désert, des techniques sophistiquées de désalinisation de l'eau de mer, un « soleil artificiel » pour générer un nucléaire propre, des voitures à hydrogène par millions, etc. Les exemples de réalisations écologiques ne manquent pas, et ses projets placent la Chine comme véritable leader d'une révolution verte.

Quand nos experts s'étendent sur la Chine, rien ne correspond à ce qui s'y passe en réalité, ou si peu de choses ; d'abord parce que nous lisons la Chine avec nos critères occidentaux, sans tenir compte de l'écart de pensée. Ensuite parce que la campagne antichinoise s'accentue à mesure que le capitalisme est menacé ; son état moribond explique un « China bashing » hyper-agressif. Or les Chinois font un travail remarquable au niveau de la protection de l'environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique, mais nous l'ignorons ou le dénigrons. Une telle propagande contre la Chine nécessite une mobilisation de la part de ceux qui n'y cèdent pas.

Ce site propose une sélection d'articles qui visent à rétablir un certain équilibre quant à une Chine qui, en à peine vingt ans, est devenue une « civilisation écologique ».

Elisabeth Martens, le 1 mai 2020

 

"Quant à la 'civilisation écologique' annoncée par Xi Jinping et aux défis environnementaux en Chine, je dois dire que si nous adoptions en Europe des mesures aussi efficaces, et quelquefois radicales, pour la protection de l'environnement, nous pourrions seulement alors donner éventuellement des leçons. Les résultats obtenus en Chine à ce jour sont incroyables, surtout après quarante années de croissance accélérée et aveugle. Mais pour en prendre conscience, encore faudrait-il que les journalistes étrangers en poste à  Pékin acceptent de sortir de leurs bureaux climatisés et de faire de vraies missions de terrain... Je pense en effet que les 'démocraties libérales' sont incapables de gérer efficacement et durablement la crise environnementale, elles se contentent de discours, de communication, prisonnières des lobbies industriels et en réponse à des écologistes qui ne sont pas toujours très sérieux eux-mêmes. Je pense pour ma part que la Chine pourrait bien être le modèle de protection de l'environnement pour les décennies à venir. », écrivait Lionel Vairon, le 13 avril 2020

Lionel Vairon (décédé en 2020) a été sinologue et docteur en études extrême-orientales, diplômé en science politique, ancien diplomate en poste en Asie du Sud-Est et au Moyen-Orient. Il a enseigné à l'Institut National des Langues et Civilisation Orientales (INALCO), à HEC, à l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) et a dirigé le séminaire Chine au Collège Interarmées de Défense (École de Guerre). Acteur de terrain autant que conférencier et enseignant, Lionel Vairon préparait actuellement un livre sur la "Civilisation écologique de Xi Jinping" lorsque son aventure s'est arrêtée brusquement en décembre 2020. Hommage à lui.

 

 

Le « Riyuetan Weipai », un bâtiment pionnier de l’utilisation de l’énergie solaire dans la « Vallée solaire » de Chine à Dezhou (province du Shandong). En septembre 2010, il a accueilli la quatrième conférence mondiale de l’ISCI (International Solar City Initiative).
Le « Riyuetan Weipai », un bâtiment pionnier de l’utilisation de l’énergie solaire dans la « Vallée solaire » de Chine à Dezhou (province du Shandong). En septembre 2010, il a accueilli la quatrième conférence mondiale de l’ISCI (International Solar City Initiative).

 

« … et de mauvaises langues prétendront qu'en plus, les Chinois volent notre soleil ! », disait J-P Desimpelaere, à propos du « Riyuetai » de Dezhou.

Jean-Paul Desimpelaere (décédé en 2013) a été co-administrateur de l'association Belgique-Chine, le manager de l'agence de voyage « Belgique-Chine » de 1980 à 2002, et le président de l'association « Euro-China ». Il est le fondateur du site www.tibetdoc.org et est à l'initiative de ce site www.chine-écologie.org

 

 

 Notes :

1 Référence au livre de Henri Thoreau "Walden ou la vie dans les bois"

2 Comme en parle Jean Ziegler dans "Le capitalisme expliqué à ma petite-fille"

3 Terme emprunté à Monique Pinson-Charlot: https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=JB75qjw0XSI

4 https://www.legrandsoir.info/la-chine-avant-garde-de-l-ecologie-reelle.html

L'équipe

 

Le site Chine-écologie.org a été créé le 1er mai 2020 par Élisabeth Martens.

Richard Szymczak en est le concepteur infographique et le webmaster.

L'équipe de Chine-écologie.org est entièrement bénévole.

Ses membres envoient régulièrement de la documentation qui sert de point de départ à la rédaction d'articles ou des articles qui sont cités in extenso.

 

L'équipe est composée de :

  • Carré Jean-Michel, réalisateur et documentariste français né à Paris en 1948 trsè intéressée par la Chine et l'écologie, a réalisé e.a.les documentaires suivants: "Chine, le nouvel empire" (2011), "Chine, un million d'artistes" (2017),  "2°, les dessous de la guerre climatique" (2018) et, en préparation, un documentaire donnant une nouvelle vision de la problématique tibétaine.

  • Ettinger Albert,né en 1952, est un ancien professeur de l’enseignement secondaire et supérieur luxembourgeois. Après des études en histoire, puis en langues et littératures germaniques et romanes, il a fait un doctorat (Dr. phil.) et travaillé à l’Université de Trèves/Allemagne avant de rentrer au Luxembourg où il a enseigné dans différents lycées et à l’Institut Supérieur d’Études et de Recherches Pédagogiques (ISERP). Son intérêt pour la Chine date de la fin des années 1960. Il a visité le pays pour la première fois en 1974. Depuis une douzaine d’années, il s’est spécialement penché sur l’histoire et l’actualité tibétaines, sujets qu’il a traités dans deux livres et de nombreux articles. Les livres, parus en langue allemande aux éditions Zambon de Francfort-sur-le Main, ont été traduits en français, en anglais, en italien (le premier seulement) et en chinois.

  • Hoebeke Johan, Biochimiste; et depuis que j'ai découvert les travaux de Joseph Needham sur la science en Chine, je suis passionné par la culture chinoise; coauteur avec Dirk Van Duppen de "L'homme, un loup pour l'homme? Les fondements scientifiques de la solidarité", éd. Investig'Action, 2020.

  • Lacroix André, Enseignant retraité, intéressé par la Chine depuis une trentaine d’années, et spécialement par le Tibet.  À Lhassa, il a eu la chance de rencontrer longuement, par deux fois (en 2009 et 2012), Tashi Tsering, un Tibétain hors du commun dont il a traduit les mémoires sous le titre Mon combat pour un Tibet moderne. Récit de vie de Tashi Tsering (éd. Golias, 2010).  Il a publié récemment Dharamsalades. Les masques tombent (éd. Amalthée, 2019).  Il rédige aussi assez souvent des articles pour les sites “Tibetdoc”, “Le Grand Soir” et “Investig’Action”.  

  • Martens Élisabeth, Biologiste (1982, ULB) spécialisée en médecine traditionnelle chinoise à Nanjing (1988-1991, Jiangsu, Chine). En formation continue depuis 2000 en Arts martiaux internes dans l'école de Tian Liyang des Wudangshan (Hebei, Chine). A créé l'asbl Tiandi en 1999 où elle enseigne la MTC et les pratiques de santé taoïstes. Nombreux voyages en Chine dont le Tibet. A publié "Histoire du bouddhisme tibétain, la compassion des puissants" chez L'Harmattan (2007), "Tibet, au-delà de l'illusion" en collaboration avec Jean-Paul Desimpelaere chez Aden (2008), "Qui sont les Chinois? Paroles et Pensées de Chine" chez Max Milo (2013), et "La Pleine conscience, une pratique bouddhiste au service du libéralisme" en cours de publication chez Investig'Action (automne 2020?). Est rédactrice régulière pour le site www.tibetdoc.org (créé par Jean-Paul Desimpelaere en 2008) et a créé le site www.chine-écologie.org (2020).

  • Dirk Nimmegeers, depuis de nombreuses années, il est fasciné par les développements politiques en Chine et publie des articles à ce sujet. En 2005, il devient membre éditorial de « China Today », le magazine de l'Association Belgique-Chine. En 2009, il a été l'un des fondateurs du site ChinaSquare.be, un site d'infos et des articles de fond sur la Chine, en néerlandais.

  • Sterckx Pierre, né en 1947 à Bruxelles. Professeur et médecin en médecine chinoise, diplômé de l'Université de Médecine Chinoise du Hubei (Wuhan) en 1994. Réside en Suisse. A créé une ferme bio dans le Gers en France en 1978 et participe comme rédacteur à un des premiers magazines écolo en Flandre. A entamé l'étude de la médecine chinoise en 1979 en étudiant-voyageur, récoltant les connaissances disponibles en Europe et aux Etats-unis pour aboutir à un enseignement académique d'une université médicale chinoise, en passant par une faculté de lettres pour apprendre la langue. Crée en 1992 avec son épouse chinoise l'Institut Supérieur de Médecine Chinoise Guang Ming, son cabinet médical attaché et sa maison d'édition, dans laquelle il a déjà publié plus de 20 ouvrages spécialisés, consacrés au théories médicales fondamentales, à l'acupuncture, à la  phytothérapie, au tuina et à la diététique de la médecine chinoise; dans le cadre de sa formation il a travaillé dans de nombreux hôpitaux métropolitains et provinciaux de Chine. Philosophe, poète, photographe  et jardinier il s'est fait siennes les valeurs chrétiennes, taoïstes, confucéennes et bouddhistes, sans complexe ni fanatisme, mais prônant l'authenticité et l'humanisme.
     

 

Les photos du déroulé viennent toutes de nos voyages en Chine.

Le socialisme chinois et le mythe de la fin de l’Histoire

Bruno GUIGUE, le 20 août 2018

 

En 1992, un politologue américain, Francis Fukuyama, osait annoncer la « fin de l’Histoire ». Avec l’effondrement de l’URSS, disait-il, l’humanité entrait dans une ère nouvelle. Elle allait connaître une prospérité sans précédent. Auréolée de sa victoire sur l’empire du mal, la démocratie libérale projetait sa lumière salvatrice sur la planète ébahie. Débarrassée du communisme, l’économie de marché devait répandre ses bienfaits aux quatre coins du globe, réalisant l’unification du monde sous les auspices du modèle américain.[1] La débandade soviétique semblait valider la thèse libérale selon laquelle le capitalisme - et non son contraire, le socialisme - se conformait au sens de l’histoire. Aujourd’hui encore, l’idéologie dominante martèle cette idée simple : si l’économie planifiée des régimes socialistes a rendu l’âme, c’est qu’elle n’était pas viable. Le capitalisme, lui, ne s’est jamais aussi bien porté, et il a fait la conquête du monde.

Contact

Pour nous contacter: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Toutes vos réactions, vos commentaires, vos conseils, etc., sont bienvenus. Nous y répondrons dans la mesure du possible.

Par ailleurs, votre aide serait vivement appréciée:

  • -par la rédaction d'articles qui s'insèrent dans le profil du site,
  • -par l'envoi de documentation appropriée (infos, livres, articles, photos, vidéos, etc.),
  • -par la traduction de certains articles où Google-translation pédale dans la choucroute (de l'anglais, chinois, néerlandais, allemand, etc., vers le français)
  • -par le partage de ce site à vos amis, connaissances, entourage,etc.
  • -par l'invitation à rejoindre "l'équipe" à des personnes que ce projet intéresse,
  • -par l'organisation de réunion de discussion ou de confréneces concernant les sujets du site,
  • -par tout autre chose qui vous viendrait à l'idée et qui s'inscrit dans le cadre du site.

 

D'avance, nous vous en remercions !

Lionel Vairon et Dialogue Chine-France : un hommage

par Lu Rucai pour dialoguechinefrance.com, le 29 décembre 2020

C’est avec beaucoup de peine que j’ai appris le décès de Lionel Vairon. En tant que sinologue français bien connu en Chine, M. Vairon s’était engagé à promouvoir la communication et les échanges entre la Chine et la France. Il était membre du comité d’experts de la revue Dialogue Chine-France et un auteur populaire. 

Les Divagations des antichinois en France

Auteurs: Maxime Vivas, Jean-Pierre Page, Aymeric Monville

Editeur: Delga, https://editionsdelga.fr/

146 pages

ISBN 978-2-37607-229-4

prix: 15.00€

« Le péril jaune » ! Cette expression, née à la fin du xixe siècle, a fait florès dans les milieux politiques, médiatiques, littéraires de l’époque. Elle exprimait en trois mots la terreur de l’Occident à l’annonce de prochaines invasions par des hordes asiatiques, féroces et insondables.

En ce début de xxie siècle, la Chine, pacifique concurrent économique, ne menace pas la France militairement. Elle recherche au contraire son amitié. Si quelques navires de guerre français patrouillent en mer de Chine, nul soldat chinois n‘approche nos côtes.

Pourtant, un volumineux rapport (654 pages), diffusé en octobre 2021 par l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM, qui compte cinquante « chercheurs » et un relais de l’OTAN, officier supérieur de l’armée des États-Unis) alerte sur les « machiavéliennes » opérations de la Chine et sur ses complices Français, nommément dénoncés selon la méthode de McCarthy.

Le rapport, où grouillent les erreurs, les contradictions et les fake news, est un acte d’allégeance de notre défense nationale à la politique étrangère des États-Unis et à son armée.

Il prépare une guerre.

Ce livre ne donne pas en exemple le système politique et économique chinois (ce n’est pas le sujet). Il n’est pas prochinois, il est pro-vérité. Il est un contre-rapport compact qui plaide pour l’amitié entre les peuples, pour l’indépendance de la France et pour la paix.

Maxime Vivas est l’auteur de plusieurs livres sur la Chine (Ouïghours, pour en finir avec les « fake news », Dalaï Lama pas si zen). Jean-Pierre Page est ancien responsable du Département international de la CGT. Aymeric Monville a écrit divers essais de philosophie politique. Tous trois sont, avec d’autres complices, coresponsables – mais pas coupables ! – du livre La Chine sans œillères, publié en 2021 aux éditions Delga et qui n’a pas manqué de retenir l’attention de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire.

Cet ouvrage s’honore d’une préface du contre-amiral Claude Gaucherand, officier de la légion d’honneur.