Le « Soleil artificiel chinois » dépasse les 100 millions de degrés

par Gao Ke et Yishuang Liu, le 16 novembre 2018

 

Le "tokamak supraconducteur avancé expérimental" (Experimental advanced superconducting tokamak, EAST), ou « soleil artificiel chinois », a atteint une température d'électron de plus de 100 millions de degrés dans son plasma central, une étape clé vers le test du réacteur à fusion, a annoncé un laboratoire de la province de l'Anhui (Est de la Chine).

Le nucléaire chinois accélère en 2018

par Sylvestre Huet pour "Le Monde", le 8 janvier 2018

En 2018, la Chine va accélérer son programme électro-nucléaire. L’un des événements attendus en sera la connexion au réseau du premier EPR1 opérationnel, Taishan-1, conçu par Areva. Pourtant, sa construction a démarré en novembre 2009, deux ans… après celle de l’EPR de Flamanville (qui vient de terminer ses tests à froid). Au delà de l’émergence de ce qui sera bientôt le plus important parc de réacteurs nucléaires, la Chine vise le très long terme.

Chine et la « voie du milieu » : charbon - uranium - thorium

par Didier Julienne, le 15 mars 2015

La Chine est en guerre contre la pollution, contre 70% de son électricité produite par le charbon. Quelle serait la « voie énergétique du milieu » entre énergies climatiques et nucléaire. La filière thorium a des atouts : déchets , sécurité et suivi de charge.

Safe nuclear does exist, and China is leading the way with thorium

by Ambrose Evans-Pritchard, 20 March 2011

 

A few weeks before the tsunami struck Fukushima’s uranium ctors and shattered public faith in nuclear power, China revealed that it was launching a rival technology to build a safer, cleaner, and ultimately cheaper network of reactors based on thorium.

This passed unnoticed –except by a small of band of thorium enthusiasts – but it may mark the passage of strategic leadership in energy policy from an inert and status-quo West to a rising technological power willing to break the mould.

La Chine réalise de grandes percées en matière de recherche sur le "Soleil artificiel"

par Yishuang Liu, Guangqi Cui, le 6 juillet 2017

 

Des scientifiques chinois ont déclaré avoir battu un record mondial en parvenant à maintenir un état stationnaire de 101,2 secondes en mode H du tokamak, un appareil expérimental destiné à la production d'énergie par fusion nucléaire.

Cette percée historique signifie que le tokamak Supraconducteur avancé expérimental chinois (EAST), surnommé "Soleil artificiel", est le premier tokamak du monde à avoir atteint ce seuil de 100 secondes, a indiqué mercredi l'Institut des Sciences physiques de Hefei dépendant de l'Académie des Sciences de Chine.