La centrale hydroélectrique de Suwalong au Tibet en fonctionnement en 2021

par Elisabeth Martens, le 17 juillet 2020

 

La plus grosse centrale hydroélectrique du Tibet entre dans la phase d’installation de ses générateurs. Le projet de la centrale Suwalong a comme objectif de générer une puissance de plus d’un million de kilowatts. Il s’agit également de la première centrale hydroélectrique en amont de la rivière Jinsha, ainsi que d’un poste important du « réseau d’acheminement d’électricité de l’ouest à l’est de la Chine ».

Le Kailash et ses quatre fleuves mythiques

par Elisabeth Martens, le 14 mai 2020

Le Kailash dont la forme rappelle celle d'un diamant à quatre faces régulièrement taillées, se nomme "Kang Rinpoché" en tibétain, le "Précieux joyau des neiges". C'est une montagne sacrée pour plus d'un milliard de personnes dans le monde, principalement les fidèles de l'hindouisme, du bouddhisme, du jaïnisme et du bön. Le Kailash est pour eux un haut lieu de pèlerinage. Tout Tibétain se doit d'en faire la kora (le tour) au moins une fois dans sa vie. Le pèlerinage autour du Kailash prend en général trois jours : 52 km parcourus à une moyenne de 5200 mètres d'altitude.

Le barrage des Trois gorges

par Élisabeth Martens, le 23 février 2019

La Chine possède le plus vaste potentiel exploitable pour le développement de la houille blanche, potentiel qui en 1998 n’était développé qu’à 12% et offrait de ce fait une immense marge de progression1. Le début du 21ème siècle a vu le développement d’efforts considérables de la part du gouvernement dans ce secteur. En 2004, en franchissant la barre du 100 millions de kW, la RPC est devenue la première productrice mondiale d’hydroélectricité2. Eu égard au potentiel, aux besoins et à la demande, ces progrès demeuraient insuffisants et l’effort s’est poursuivi. En 2014, on comptait en Chine plus de 5000 barrages, ce qui la plaçait au second rang mondial derrière les États-Unis3. Actuellement, elle abrite la centrale hydroélectrique la plus plus puissante du monde, le barrage des Trois Gorges.

Barrages sur la Nujiang et sur le Lacang, conflits de voisinage

par Olga V. Alexeeva et Yann Roche, le 1 décembre 2014

Le développement hydroélectrique des fleuves internationaux du sud-est asiatique a peu de chances de déboucher sur une guerre de l’eau, tout au plus d’alimenter des tensions (McNally 2009). Toutefois, il traduit une caractéristique de la houille blanche chinoise, à savoir que sa principale zone où se développe la production (le sud-ouest, voir figure), est située loin des zones de consommation du littoral oriental. La structure du réseau est donc consacrée à ce transport et peu de l’énergie ainsi produite est consacrée au développement du sud-ouest. Cette tendance a été constatée par les dirigeants chinois, qui ont mis sur pied des mesures d’atténuation, mais le déséquilibre demeure flagrant et préoccupant.