Protection de l'environnement, WeChat et démocratie participative

par Élisabeth Martens, le 15 septembre 2020

WeChat, le réseau social utilisé par tous les Chinois, prête volontiers ses services quand il s'agit de dénoncer les retards écologiques et les dérives environnementales de la Chine. Depuis sa création à ShenZhen en 2011, il n'y a jamais eu autant de critiques à propos de la pollution de l'air à Pékin, ou de celle des rivières à Shanghai, ou de critiques à propos de la multiplication de barrages, ou du déplacement des cours d'eau, etc.

Selon deux enquêtes nord-américaines, les Chinois sont plutôt satisfaits de leurs dirigeants

par Frédéric Lemaître pour Le Monde, le 18 juillet 2020

Les sondés apprécient la lutte contre la corruption et les mesures prises en faveur de l’environnement.

Décrets officiels de 1989 sur la protection de l’environnement

par Lionel Vairon, le 13 juillet 2020

Ci-dessous une loi sur la protection de environnement adoptée et mise en application dès 1989 montrant que les préoccupations écologiques et le bien-être de la population ne sont pas nouvelles en Chine. Reforestation près de Chengde, province du Hebei dans le nord de la Chine

Penser l'écologie, c'est aussi penser le social et le long terme

par Elisabeth Martens, le 12 mai 2020

Parmi d'autres, le programme de la "Grande Muraille verte" est un exemple d'une planification nationale à long terme, il s'étend de 1978 à 2074. Ce gigantesque plan de reforestation du nord de la Chine vise à arrêter le désert de Gobi en replantant des arbres et des arbustes. En Chine, ce projet est réalisable grâce à une politique gouvernementale qui réfléchit son économie, son écologie et la santé de sa population globalement et à long terme. Dans un système capitaliste comme le nôtre qui réfléchit en termes de rendements immédiats, ce serait « mission impossible ».

La Chine établit un système moderne de gouvernance environnementale

par la rédaction de Xinhua, le 4 mars 2020

La Chine a publié une directive pour construire un système moderne de gouvernance environnementale dans le but de fournir un soutien institutionnel pour un meilleur environnement écologique.

Le modèle chinois devrait inspirer tous les défenseurs du climat !

par Guillaume Suing pour Le Grand Soir, le 18 mars 2019

Le gouvernement français ne parvient pas encore à opposer, pour les diviser, le mouvement populaire des gilets jaunes aux revendications sociales et les militants « pro-climats » cherchant à imposer aux politiques des mesures anti-pollution sérieuses (mesures qui avaient pourtant servi de prétexte aux surtaxes des carburants à l’origine du mouvement des gilets jaunes !). Il y a d’ailleurs sur le terrain, des fraternisations entre ces deux mouvements aux revendications différenciées mais peut être pas si contradictoires. Les pancartes sont parfois assez claires sur cette tendance commune anticapitaliste : « Changeons le système, pas le climat », « Fin du monde, fin du mois : même combat ! ».

Pourquoi les Chinois ont compris l'écologie mieux que nous

par Eric Brunet, le 21 septembre 2018

Depuis quelques jours, Nicolas Hulot a retrouvé sa jolie villa de Saint-Lunaire, en Ille-et-Vilaine. Bon débarras. Duflot-Jadot-Hulot : plus jamais ça. Depuis des années, ces militants de l’apocalypse répètent leurs imprécations stériles : “les lobbies nous tuent”, “le monde meurt”, “la planète vit ses dernières heures”. Leur manichéisme digne de Oui-Oui nous donne à voir un monde binaire, peuplé de méchants lobbyistes à la solde du grand capital et de pauvres victimes en sursis. Cette vision décroissante et régressive est à mille lieues de l’écologie, la vraie, celle qui avance.

La marche déterminée de la Chine vers la civilisation écologique

par Andre Vltchek pour Investig’Action, le 22 mai 2018

Traduit de l’anglais par Diane Gilliard

Il n’y a pas de temps pour de longues introductions. Le monde se dirige peut-être vers une nouvelle catastrophe. Si nous les humains ne parvenons pas à l’empêcher, elle pourrait devenir notre catastrophe ultime.

La Chine, avant garde de l’écologie réelle

Guillaume SUING pour Le Grand Soir, le 2 juillet 2017

C’est notoire : la Chine est l’un des principaux pays pollueurs du monde. Evidemment on cite toujours le chiffre brut, jamais le chiffre par habitant (1)... mais il est désormais évident que le volontarisme de l’Etat chinois en matière de lutte contre la pollution de l’air et le réchauffement climatique, acte lors du dernier Congrès du Parti Communiste Chinois en 2012 en particulier, donne ses premiers fruits, qui sont de taille !

Pékin veut fixer une « ligne rouge » contre la pollution

par Brice Pedroletti pour Le Monde, le 11 février 2017

Le dispositif des "Lignes rouges" devrait permettre de préserver les écosystèmes fragiles face à la pression de l’industrialisation.